Technologie éducative : tendances à surveiller

La technologie peut être utilisée à de nombreuses fins, notamment à des fins éducatives. Survol des tendances technos qui façonneront le secteur de l’éducation.

Si vous avez porté attention aux tendances et aux avancements technologiques des dernières années, il est fort probable que vous ayez rencontré le terme « edtech ». Cependant, si vous évoluez dans l’univers des produits de consommation, vous pourriez ne pas nécessairement comprendre l’incidence et l’importance de ce secteur.

D’abord, il faut savoir que la technologie éducative représente aujourd’hui un marché dont la valeur est estimée à 8 milliards de dollars américains et que le financement par capital de risque et par actions a atteint 1,87 milliard de dollars en 2014, ce qui représente une augmentation de 55 % sur douze mois.

La technologie éducative elle-même désigne simplement l’utilisation de la technologie – logicielle ou matérielle – dans un milieu d’apprentissage. C’est un secteur diversifié pouvant être divisé sur trois grands axes :

  • Administration (gestion de l’information et des processus)
  • Formation (matériel didactique)
  • Évaluation (documentation et mesure des connaissances ainsi que du progrès des apprenants)

Plusieurs facteurs expliquent la forte croissance enregistrée par ce secteur : l’infonuagique, la prolifération de puissants appareils informatiques mobiles et d’Internet sans fil ainsi que l’adoption par un nombre croissant d’établissements d’enseignement postsecondaire de politiques AVPA (apportez votre propre appareil) pour ainsi se libérer du fardeau de l’achat et de l’entretien de matériel informatique.

En vertu de telles politiques, les étudiants utilisent leurs propres appareils pour accéder aux outils d’apprentissage non seulement par le biais du réseau de leur campus, mais aussi depuis n’importe où hors campus. Ainsi, la planète entière devient une salle de classe accessible 24 heures sur 24, 7 jours par semaine.

Il y a aussi un aspect très humain à tout cela : on ne peut en sous-estimer l’incidence sur la génération du millénaire (formée des jeunes nés entre le début des années 1980 et le début des années 2000).

Les membres de cette génération n’ont jamais connu un monde sans ordinateur personnel dans chaque foyer (voire chaque poche de jean) ou Internet haute vitesse sans fil en abondance. Par conséquent, leur niveau d’aisance avec la technologie est très élevé – tout comme leur préférence pour l’utilisation de la technologie. De plus, ils affichent un style d’apprentissage qui prône l’information sur demande, la personnalisation et une rétroaction immédiate.

Il est probablement inexact d’affirmer que la technologie éducative fera son coming-out en 2016, mais on observe depuis quelques années une intensification qui devrait se poursuivre, et ce, malgré le certain effet d’entraînement que devrait avoir le serrage de ceinture des entreprises de capital-risque de Silicon Valley.

En cette nouvelle ère passionnante, les grandes tendances EdTech qui seront adoptées par les masses sont axées sur plus de personnalisation pour à la fois les apprenants et les enseignants. Jetons un regard sur certaines de ces grandes tendances.

Apprentissage adapté

En fonction du rendement de l’étudiant, les technologies d’apprentissage adapté modifient le rythme et le contenu de la matière enseignée de sorte à ce que l’étudiant puisse l’assimiler à un rythme et dans un style qui lui conviennent le mieux. L’apprentissage adapté bénéficiera non seulement aux étudiants en difficulté, mais aussi à ceux qui dominent leur classe et qui courent normalement le risque de s’ennuyer et de prendre intérêt.

Dreambox Math est une appli qui fait appel à l’apprentissage adapté

Imaginez des leçons et du travail à effectuer à la maison ayant été adaptés pour répondre aux besoins individuels de l’apprenant. Dans le passé, un tel niveau de personnalisation aurait obligé le personnel enseignant à travailler sans arrêt; cependant, les progrès réalisés en matière d’apprentissage machine, d’analytique et de traitement du langage naturel réduiront de beaucoup le fardeau – contribuant ainsi à favoriser la multiplication du nombre d’applis d’apprentissage adapté.

Évaluation formative

L’évaluation formative consiste essentiellement en l’évaluation du rendement des étudiants par l’enseignant tôt et souvent dans le processus d’apprentissage. Les enseignants peuvent l’utiliser en combinaison avec l’analyse de données pour adapter leurs plans de leçon en fonction des renseignements ainsi mis à leur disposition.

La prolifération de données, l’analytique, les appareils mobiles toujours connectés, les applis didactiques qui offrent aux enseignants la possibilité de personnaliser leur contenu ainsi que le placement de questions contribueront à rendre l’évaluation formative plus accessible et utile.

Grâce à la présence croissante de tablettes et d’ordinateurs portatifs abordables, les étudiants auront la possibilité de répondre en privé aux questions posées par leur enseignant en classe sans craindre de se tromper devant leurs pairs.

Apprentissage par projet

L’apprentissage par projet est axé sur des projets ambitieux qui se déroulent sur de plus longues périodes. On délaisse donc les acquis d’apprentissage isolés et le développement d’aptitudes hors contexte.

Cette approche vise à établir une meilleure corrélation entre des situations de travail dans la vraie vie et des situations de résolution de problèmes. Elle aide les étudiants à mettre en pratique et à maîtriser l’autogestion, le multitâche et la révision entre autres aptitudes.

Quiconque a déjà remis en question l’utilité d’une tâche à accomplir découvrira dans l’apprentissage par projet une nouvelle façon passionnante d’enseigner et d’apprendre.

Nous savons depuis plusieurs décennies déjà qu’il existe un ensemble clé d’aptitudes dont les jeunes ont besoin pour réussir à se tailler une place dans le marché du travail. Pensons notamment à la responsabilité sociale, à la pensée critique et à la capacité de choisir le meilleur outil en fonction du travail à réaliser. Les percées technologiques décrites ci-dessus rendent aujourd’hui l’apprentissage par projet une méthodologie beaucoup plus viable.

RA/RV (réalité augmentée/réalité virtuelle)

Le marché naissant de la RA/RV devrait valoir 120 milliards de dollars d’ici 2020 et dérober le mobile de son titre de plateforme informatique la plus utilisée. Bien qu’il soit tôt, nous observons déjà une accélération de la tendance en 2016 : les investissements en RA/RV depuis le début de l’année en cours atteignent déjà 1,1 milliard de dollars.

La réalité virtuelle propose un monde virtuel dans lequel les usagers s’enveloppent en enfilant un casque qui les coupe du monde réel. Par ailleurs, la réalité augmentée superpose à notre réalité des éléments interactifs.

Il est important de distinguer entre les deux technologies, car il ne s’agit pas ici d’un scénario VHS contre Betamax. Chaque technologie offre une expérience unique qui est très différente de celle proposée par l’autre technologie et les deux technologies ne sont pas nécessairement en concurrence l’une contre l’autre.

Des appareils comme les casques HoloLens de Microsoft et Oculus Rift de Facebook  auront une incidence sur plusieurs volets de notre vie, incluant l’éducation. La RV et la RA rendront l’histoire, la nature et la science à la fois plus accessibles et plus vivants aux yeux de celles et ceux qui n’auraient peut-être pas l’occasion d’en faire l’expérience autrement.

 

L’appareil HoloLens de Microsoft offre une vision d’un possible futur modèle d’apprentissage de l’anatomie

Nonobstant le manque de ressources financières pour payer des sorties pédagogiques ou acheter du matériel expérimental et nonobstant l’absence de proximité de sites exotiques, grâce à la RA et la RV, les étudiants pourront franchir un monde de découvertes n’importe où et n’importe quand par le biais de sujets, de scénarios et d’expériences virtuels. Et ce n’est pas simplement une vision que les spécialistes du marketing tentent d’imposer aux éducateurs : les enseignants réclament plus de technologie dans leur salle de classe, y comprit la RV.

À l’instar de tout nouvel appareil ou plateforme, ce qu’il faut est une application majeure « à grand succès » que les marchés de masse adopteront et dont ils ne pourront plus se passer. Une telle appli contribuera à l’adoption et à une réduction des prix tout en encourageant le développement d’autres applications. On peut facilement s’imaginer un avenir où des sorties pédagogiques virtuelles pour visiter le Jurassique ainsi que des salles de classe envahies par des systèmes solaires interactifs seront choses courantes.

Conclusion

Le manque de logiciels de qualité, combinée au coût élevé du matériel informatique multiplié par le nombre d’établissements enseignement, a eu un effet de retenue sur la technologie éducative depuis que les premiers ordinateurs personnels de masse nous avaient donné, il y a plus de 30 ans, un aperçu de ce à quoi pourrait ressembler l’avenir.

Cependant, nous vivons aujourd’hui dans une ère palpitante. Au cours des dix dernières années, la technologie a révolutionné l’entrepreneuriat, le divertissement et les arts. L’éducation commence maintenant à rattraper le retard et, plus que jamais auparavant, il est possible d’envisager la transformer de façon significative.

Publié dans: Technologies

Tags: éducation, réalité augmentée, réalité virtuelle, tendances



Rejoindre la conversation