Tendances 2018: la technologie blockchain

Une technologie qui a le vent dans les voiles. Voici quelques premières applications dans le secteur des médias. Cet article est extrait du Rapport sur les tendances 2018.

De quoi s’agit-il?

La chaîne de blocs, mieux connue sous son nom anglais « blockchain », est sur toutes les lèvres, mais on peine à comprendre en quoi elle consiste… L’organisation Blockchain France nous l’explique de la manière suivante :

«La blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations transparente, sécurisée et fonctionnant sans organe central de contrôle. Par extension, une blockchain constitue une base de données qui contient l’historique de tous les échanges effectués entre ses utilisateurs depuis sa création. (…) Il existe des blockchains publiques ouvertes à tous, et des blockchains privées, dont l’accès et l’utilisation sont limités à un certain nombre d’acteurs. Une blockchain publique peut donc être assimilée à un grand livre comptable public, anonyme et infalsifiable. Comme l’écrit le mathématicien Jean-Paul Delahaye, il faut s’imaginer « un très grand cahier, que tout le monde peut lire librement et gratuitement, sur lequel tout le monde peut écrire, mais qui est impossible à effacer et indestructible.»

Cette comparaison avec le livre comptable est particulièrement pertinente, puisque la blockchain a d’abord été développée pour contrôler l’émission et la circulation de la monnaie numérique Bitcoin. Mais les applications de la blockchain dépassent largement le domaine monétaire. Dans un grand nombre d’industries, la technologie blockchain pourrait par exemple être utilisée pour encadrer des transactions, générer des registres et exécuter des « contrats intelligents » (programmes qui exécutent les termes d’un contrat sans intervention humaine). Autrement dit, la blockchain propose de remplacer certains processus et intermédiaires actuels par des systèmes informatiques fiables, autonomes et plus efficients. Et, bien que des défis demeurent (sur le plan technologique, mais aussi juridique, entre autres), la blockchain est en bonne voie de solidement s’implanter. Les investissements dans le secteur ont atteint 545 millions de dollars américains en 2016 et sont estimés à plus de 830 millions en 2017.

En quoi est-ce important pour nos industries?

C’est par l’intermédiaire de la musique que la blockchain a fait son entrée remarquée dans les industries du contenu. En 2015, l’artiste Imogen Heap et la plateforme Ujo Music se sont associées pour distribuer une chanson à l’aide de la technologie blockchain et de la monnaie numérique Ether. L’un des objectifs fondamentaux de cette initiative : assurer une plus juste rémunération des créateurs et des ayants droit. Aujourd’hui, des applications blockchain sont aussi développées pour les secteurs de la télévision et du cinéma : studios offrant des outils blockchain aux créateurs et aux producteurs (SingularDTV); plateformes de distribution (Stream, Viewly, Livepeer, Flixxo); registres pour la protection des droits (Po.et, Veredictum); et ventes d’inventaires publicitaires pour les secteurs de la télévision traditionnelle et par contournement (Blockchain Insights Platform de Comcast, MadHive). Le secteur du jeu vidéo n’est pas en reste : jeux développés sur une infrastructure blockchain (Spells of Genesis du studio EverdreamSoft); marchés pour les éléments de jeu (Gameflip); et plateformes d’eSport (FirstBlood). Bien que l’usage de la technologie blockchain ne soit pas encore généralisé dans ces secteurs, les projets pilotes et les preuves de concept se multiplient.

Détails intéressants

  • La blockchain est également connue sous le nom de « distributed ledger technology » (technologie de registres distribués).
  • Le programmeur à l’origine de l’une des plus célèbres plateformes blockchain, Ethereum, et de la monnaie numérique Ether est un Canadien : il s’agit de Vitalik Buterin.

Informez-vous

  • La perspective des créateurs sur la blockchain et son potentiel : lisez le témoignage de l’auteure-compositrice-interprète Imogen Heap dans le Harvard Business Review.
  • À lire sur FMC Veille : trois exemples démontrant le potentiel de la technologie blockchain dans les industries culturelles.
  • Abonnez-vous à notre infolettre, si ce n’est déjà fait : nous publierons une rapport détaillé sur la blockchain et l’industrie canadienne des médias au printemps 2018.

Des cas à suivre

Groupe Média TFO, le diffuseur public de contenus éducatifs et culturels de langue française en Ontario, annonçait en août 2017 le développement d’un nouveau prototype blockchain destiné à « faire valoir à leur juste valeur la créativité des contenus des producteurs canadiens ». Une première pour le secteur télévisuel canadien, à suivre de près.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here