Analog: dévoilement de la programmation de la série de conférences

Pensée et organisée par le Fonds des médias du Canada et coprésentée avec Téléfilm Canada, Analog est une série de conférences d’une demi-journée sur la créativité et les transformations en cours dans l’industrie des écrans, mise sur pied afin de discuter du numérique en mode analogique. 

Analog: créativité et intelligence artificielle

La créativité est-elle exclusivement humaine? Alors que l’intelligence artificielle gagne du terrain dans nos industries, au sein de nos gouvernements et dans nos vies privées, il peut être rassurant de croire que l’apprentissage machine ne percera jamais les secteurs créatifs. Toutefois, des artistes de tous horizons adoptent la technologie et en démontrent le potentiel créatif – quelque part entre les craintes irrationnelles et le «solutionnisme» se trouve un terrain fertile pour la collaboration artistique entre humains et machines.

Lancée cet automne, Analog se déroulera en trois temps dans trois villes au pays: Montréal (28 novembre), Vancouver (3 décembre) et Toronto (6 décembre). Mettant en vedette des leaders de la scène culturelle, créative et technologique canadienne, les trois événements seront gratuits et auront pour thème la créativité et l’intelligence artificielle.

En présentant cette série, le FMC a pour objectif de créer un nouveau lieu de prédilection pour, d’une part, réfléchir aux grands enjeux et aux tendances phares de notre industrie et, d’autre part, favoriser le maillage entre disciplines.

Programmation

Panel: l’intelligence artificielle et les industries créatives
L’intelligence artificielle est un puissant amplificateur de la production humaine et les efforts créatifs ne font pas exception à la règle. Mais quelle forme cela prend-il dans les industries créatives? Cette discussion offrira l’occasion à des professionnels, des observateurs et des universitaires en IA de partager leurs réflexions sur l’empreinte grandissante de l’apprentissage machine dans les industries créatives.

Invités:
Montréal (en français):
Modératrice:
Catherine Mathys (Fonds des médias du Canada)
Conférenciers:
Ollivier Dyens (Université McGill)
Marie-Pier Gauthier (Office national du film)

Joëlle Pineau (Facebook)

Vancouver (en anglais):
Modératrice:
Catherine Mathys (Fonds des médias du Canada)
Conférenciers:
Ben Bogart (artiste pluridisciplinaire)
Philippe Pasquier (Université Simon Fraser)
Catherine Warren (Vancouver Economic Commission)

Toronto (en anglais):
Modératrice:
Catherine Mathys (Fonds des médias du Canada)
Conférenciers:
Steve Engels (Université de Toronto)
Shauna Jean Doherty (conservatrice et critique d’art en nouveaux médias)
Jack Zhang (Greenlight Essentials)

En conversation avec David Usher (en anglais)
Dans le cadre de cet entretien avec Catherine Mathys, directrice de la veille stratégique du FMC, David Usher parlera de son processus créatif, partagera ses réflexions sur le rôle de l’IA dans les industries créatives et puisera dans son expérience de la création de l’œuvre We Could Be Human: A Learning Machine, réalisée à l’aide de l’intelligence artificielle, pour expliquer à l’auditoire comment la technologie et la créativité convergent. Veuillez noter que la conversation se déroulera en anglais.

Horaire

Montréal et Vancouver

8h – Ouverture des portes et accueil
8h45 – Mot d’introduction
9h – Panel: l’intelligence artificielle et les industries créatives
10h – Pause
10h30 – En conversation avec David Usher

Toronto

12h30 – Ouverture des portes et accueil
13h15 – Mot d’introduction
13h30 – Panel: l’intelligence artificielle et les industries créatives
14h30 – Pause
15h – En conversation avec David Usher

Conférenciers

BEN BOGART est un artiste interdisciplinaire qui travaille avec des processus computationnels générateurs (par exemple, modélisation physique, équations chaotiques, systèmes de rétroaction, algorithmes évolutionnaires, vision par ordinateur et apprentissage machine). Ben a produit des processus, des artefacts, des textes, des images et des performances ayant été présentés à des galeries, des festivals d’art et des conférences universitaires au Canada (l’Ambassade du Canada à Transmédiale, Surrey Art Gallery, Banff Centre, New Forms Festival), aux États-Unis, aux Émirats arabes unis, en Australie, en Turquie, en Finlande, en Allemagne, en Irlande, au Brésil, à Hong Kong (Videotage), en Norvège et en Espagne. Depuis récemment, Ben travaille sur la construction de sujets machines appropriés et la reconstruction de populaires représentations cinématographiques de l’intelligence artificielle.

En 2017, OLLIVIER DYENS a fondé le laboratoire Building 21 dédié à repenser et à recréer l’éducation supérieure au 21e siècle et il en est le codirecteur. De 2013 à 2018, il a été premier vice-principal exécutif adjoint (études et vie étudiante) à l’Université McGill où il occupe aussi un poste de professeur titulaire au département des littératures de langue française, de traduction et de création.

 

STEVE ENGELS (B.A.Sc. M. Math., Ph. D.) est un professeur enseignant au département d’informatique de l’Université de Toronto. Engels possède une expérience de recherche en apprentissage machine, plus particulièrement en ce qui concerne le traitement du langage naturel et l’extraction d’information. À l’heure actuelle, dans le cadre de sa recherche, il s’intéresse au design de jeux vidéo et à la «créativité artificielle» et, plus particulièrement, à l’utilisation de techniques d’intelligence artificielle pour créer des œuvres originales d’art ou de littérature inspirées de compositions humaines.

MARIE-PIER GAUTHIER est productrice au studio des productions interactives de l’Office national du film du Canada et contribue à ce véritable laboratoire narratif depuis les huit dernières années. Qu’il s’agisse de création numérique sur mobile ou sur le Web, d’installations interactives comme d’expériences en réalité virtuelle ou augmentée, elle oriente et supervise la réalisation de projets d’auteurs novateurs à la croisée des disciplines. Réseaux sociaux, code, design, intelligence artificielle, robots conversationnels sont autant de voies d’expression privilégiées pour raconter les histoires des projets qu’elle produit. Diplômée en journalisme et en production interactive, Marie-Pier Gauthier a collaboré à plus de 100 œuvres interactives (Ennemi, Traque interdite, Jusqu’ici) récompensées par plus d’une centaine de prix au Canada et à l’international.

SHAUNA JEAN DOHERTY est une conservatrice et critique d’art en nouveaux médias. Depuis 2010, elle organise des expositions et des événements partout au Canada, dont plus récemment à Arsenal art contemporain (Montréal) où l’exposition Kali Yuga présentait les œuvres analogiques et numériques de Tasman Richardson. Elle a publié des textes en français, en anglais et en russe sur divers sujets, dont l’esthétique artistique post-Internet, le cyberféminisme, l’art et l’intelligence artificielle ainsi que le rôle de la blockchain dans le marché de l’art numérique.

CATHERINE MATHYS travaille dans le milieu de la production audiovisuelle et des médias depuis près de 20 ans. Chroniqueuse, reporter et animatrice, elle s’est spécialisée dans la dernière décennie dans l’analyse des transformations technologiques et médiatiques. Titulaire d’un baccalauréat en sociologie et d’une maîtrise en communication, elle apprécie tout particulièrement observer notre rapport à la technologie et son impact sur notre quotidien.

La recherche de PHILIPPE PASQUIER porte sur les processus créatifs et les systèmes générateurs. Pasquier est un scientifique spécialisé en intelligence artificielle ainsi qu’un artiste multidisciplinaire, un éducateur ainsi qu’un créateur de communautés. Ses contributions sont variées: recherche théorique sur les systèmes multi-agents, créativité computationnelle, IA créative et apprentissage machine, recherche artistique appliquée et pratique en arts numériques, musique assistée par ordinateur et art générateur. Philippe Pasquier est professeur associé à l’école des arts interactifs et de la technologie de l’Université Simon Fraser, à Vancouver, où il dirige le Metacreation Lab for Creative AI.

JOËLLE PINEAU est membre du corps professoral de Mila, professeure agrégée et titulaire de la bourse William Dawson à l’École des sciences de l’informatique de l’Université McGill, où elle co-dirige le laboratoire de raisonnement et d’apprentissage. Elle est également codirectrice générale de Facebook AI Research (Recherche en intelligence artificielle de Facebook) et directrice de son laboratoire à Montréal, au Canada. Elle est titulaire d’un B.Sc.A. en génie de l’Université de Waterloo et d’une maîtrise ainsi que d’un doctorat en robotique de l’Université Carnegie Mellon. Les recherches de Dre Pineau portent sur le développement de nouveaux modèles et algorithmes pour la planification et l’apprentissage dans des domaines complexes partiellement observables. En 2019, elle a été lauréate du Prix du gouverneur général pour l’innovation.

Lorsque des entreprises innovantes comme Google, 3M, Cisco, Pepsi, Rogers et SAP cherchent à insuffler une nouvelle créativité à leurs employés et leurs cadres, elles font appel à DAVID USHER. Ce dernier fait bien plus que simplement parler de créativité et d’intelligence artificielle (IA). Pour lui, c’est un mode de vie. Fort de son expérience unique comme chanteur du groupe Moist — ayant à son actif plusieurs albums platine et quatre prix Juno —, comme auteur à succès et comme fondateur de Reimagine AI, un studio de créativité en intelligence artificielle, David définit le parcours que des entreprises et des institutions peuvent emprunter pour relancer leur créativité dans ce monde de changements perturbateurs.

CATHERINE WARREN est directrice générale de la Vancouver Economic Commission. Au cours de sa carrière dans les domaines des technologies du divertissement, de la prospection commerciale et de la création de communautés, elle a travaillé aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Europe. Catherine a participé, avec ses associés fondateurs, à l’inscription en Bourse d’une société de logiciels négociée sur le NASDAQ et a contribué à porter sa capitalisation boursière à 300 millions de dollars. Titulaire de diplômes en journalisme et en physique, elle s’est particulièrement intéressée pendant ses études aux changements climatiques. Catherine fait partie du conseil d’administration canadien des World Summit Awards, le programme phare des Nations Unies qui célèbre l’apport des médias numériques aux objectifs de développement durable, et est membre de conseils de sociétés ouvertes et d’entreprises à but non lucratif.

JACK ZHANG a obtenu son diplôme avec distinction de la faculté de mathématiques de l’Université de Waterloo en 2014. Peu après, il a fondé Greenlight Essentials Inc. pour combiner sa passion du cinéma et son expertise en mathématiques. C’est en 2011 que Jack a commencé sa carrière professionnelle en TI, pour une société logicielle de la Californie qui développait un système de localisation de haute précision innovateur pour les activités de divertissement en plein air. Par la suite, il a accepté un emploi au sein d’une des plus grandes sociétés de gestion d’actifs de Beijing, où son travail portait sur la modélisation de données et la recherche pour des marchés boursiers. Toute cette expérience l’a mené à développer son bassin de connaissances sur le potentiel de la technologie et, surtout, des mégadonnées et de l’apprentissage machine.

Presentée par

 

 

Pensée et organisée par

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here