Bonnes pratiques pour les campagnes de jeu vidéo

Bien que de nombreuses pratiques exemplaires liées au financement participatif puissent s’appliquer à tous les types de projets, une approche uniformisée n’est pas toujours optimale. Nous examinons ci-dessous quelques pratiques exemplaires en matière de financement participatif en tenant compte de certaines caractéristiques des projets de jeux vidéo.

Les projets de jeux vidéo, même les petits projets indépendants et simples, demandent souvent des budgets de production plus importants que d’autres types de projets créatifs tels que les films indépendants. Ce qui signifie que les campagnes de jeux vidéo ont habituellement des objectifs de financement plus élevés que les autres projets créatifs, ce qui crée des difficultés supplémentaires en ce qui concerne le financement participatif. Le prix moyen demandé pour des jeux (de campagnes réussies) sur Kickstarter est de 68 300 $ comparativement au prix moyen demandé pour des projets réussis de films et de vidéo qui est seulement de 11 735 $ et le prix moyen général demandé pour des campagnes réussies pour tous les types de projets est de seulement 15 600 $.

Les publics des jeux sont également particuliers et demandent des types d’engagement légèrement différents par rapport aux autres publics, ce qui présente son lot de difficultés spécifiques dans le contexte du financement participatif.

Nous avons indiqué ci-dessous quelques pratiques exemplaires en matière de financement participatif ciblant particulièrement les projets de jeux vidéo.

Montrez que vous avez quelque chose

La clé d’une campagne réussie de financement participatif est d’avoir des documents promotionnels de haute qualité et bien rédigés contenant le plus de détails possible sur le projet.

Dans le cas des jeux vidéo, il est encore plus critique de fournir des documents promotionnels convaincants pour votre projet. La plupart des consommateurs (ou contributeurs) voudront avoir un aperçu des éléments du jeu – ou au moins, voir quelques éléments artistiques avancés – avant de l’appuyer. Dans certains cas, une vidéo de présentation bien faite, incluant des images du jeu ou une bandes-annonce montrant des moments-clés de la conception et quelques éléments de gameplay peuvent faire satisfaire leur appétit. Comme Chris Roberts du Star Citizen l’a laissé entendre au magazine Game Developer, « les types de campagnes de financement participatif qui fonctionnent, ou qui fonctionneront, sont celles qui sont en mesure d’en montrer beaucoup plus dès le départ, de montrer ce que vous obtiendrez en tant que personne qui appuie une campagne » [traduction].

Les consommateurs de jeux vidéo sont particulièrement (et notoirement) exigeants et ils veulent être sûrs qu’un projet qu’ils appuieront répondra à leurs attentes. Une des meilleures façons d’attirer l’attention de votre public est de lui permettre de jouer vraiment à une courte démo du jeu qu’il appuiera financièrement. Cependant, rappelez-vous toujours de conserver un peu de mystère afin que vos contributeurs restent motivés à acheter votre jeu lorsqu’il sera terminé. Vander Caballero, directeur de la création de Papo & Yo (un jeu non financé par financement participatif) a ainsi indiqué dans une entrevue que Minority Media a peut-être dévoilé trop de détails trop tôt sur le jeu en offrant une démo très longue et très complète et que cela a pu avoir un impact négatif sur les ventes du jeu complet.

Visez le plus grand marché possible

La clé d’une campagne réussie de financement participatif est de rejoindre et convaincre le plus grand nombre possible de contributeurs. Pour ce qui est des jeux vidéo, il faut souvent aller chercher le public des États-Unis, un des plus grands marchés de jeux vidéo au monde, sinon le plus grand. Par exemple, selon le rapport Global Entertainment and Media Outlook 2012-2016 de PricewaterhouseCoopers, les États-Unis comptaient pour un peu plus de 13 milliards de dollars de ventes de jeux vidéo en 2011, ce qui représente 88,6 % des ventes totales de jeux vidéo en Amérique du Nord et près de 23 % des ventes mondiales de jeux vidéo. De nombreux projets de jeux vidéo nécessitent des objectifs de financement plus élevés que d’autres types de projets, il est donc très difficile pour une campagne d’atteindre ces objectifs élevés si elle se limite aux marchés locaux au Canada (ou même en Europe).

Étant donné cette position dominante des États-Unis, il est essentiel qu’une campagne de jeux vidéo à grand budget ait accès aux joueurs américains. C’est ce que Revolution Studios a découvert au moment de préparer le lancement de leur campagne pour Broken Sword. En fin de compte, ils ont décidé d’établir une filiale américaine au Delaware et de lancer leur campagne sur le site américain Kickstarter afin d’obtenir la visibilité nécessaire sur le marché américain, malgré le fait qu’ils avaient accès à la plateforme anglaise de Kickstarter. D’ailleurs, le studio Atomhawk Design, situé au Royaume-Uni, a récemment indiqué à Pocket Gamer, que « le manque de paiements américains a été un facteur essentiel qui a nui à notre campagne » [traduction] et il prévoit relancer la campagne pour The Realm plus tard en 2013 avec un compte américain.

Les développeurs de jeux sont plus susceptibles d’atteindre leurs objectifs s’ils font l’effort de promouvoir leur projet et leur campagne sur le marché américain.

Faites participer vos contributeurs

Chaque campagne réussie doit offrir des incitatifs convaincants à ses contributeurs et faire participer son publicet ses contributeurs au processus.

La communauté de consommateurs de jeux vidéo est un groupe particulièrement actif qui exige un niveau de participation encore plus grand que le consommateur moyen. La nature interactive des jeux vidéo – et de leur développement – signifie que les consommateurs ont tendance à s’habituer davantage à participer à la création du contenu que les publics des autres types de médias.

De nombreux créateurs de jeux ayant eu des campagnes réussies de financement participatif indiquent que les catégories de contribution montrant le plus d’activités sont celles qui offrent aux contributeurs :

  1. une occasion d’avoir accès à du contenu additionnel tel que des niveaux supplémentaires ou des mécaniques de jeu exclusives (quelque chose qui est uniquement possible avec les projets de jeu);
  2. une occasion de contribuer de manière créative au jeu en concevant des personnages, des accessoires, des paysages ou même en contribuant au récit d’un jeu;
  3. de participer en tant que testeurs bêta et d’avoir l’occasion de commenter le jeu, de formuler des commentaires et d’offrir leur rétroaction.

Soyez à l’écoute

Les joueurs ont tendance à participer davantage que le consommateur moyen, sans compter qu’ils ont également tendance à être plus actifs en ce qui a trait aux nouvelles technologies et tendances, ce qui veut dire qu’ils ont tendance à mieux maîtriser les outils utilisés dans une campagne de financement participatif. Par conséquent, les consommateurs de jeux exigeront que les créateurs de projets les consultent davantage que les consommateurs d’autres types de projets. De plus, ils seront moins indulgents envers les erreurs et seront plus enclins à faire part de leurs frustrations ou de leur appui. Faites de votre mieux pour répondre à chaque gazouillis et à chaque commentaire sur la page de votre campagne, même si c’est seulement pour dire que vous en avez pris connaissance.

Et comme Charles Cecil a dit à un groupe d’experts lors du Independent Games Summit de la Game Developer Conference 2013 (GCD 2103), il est important de tenir compte de la rétroaction fournie par votre public à propos du produit – ou de quoi que ce soit – grâce à ces canaux (dans les limites de ce qui est raisonnable, bien sûr). Ainsi, Revolution Software a été en mesure d’utiliser les retours de la communauté à propos de certains problèmes pour améliorer son produit. Même si tous les commentaires et suggestions formulés n’entraînent pas de changements au projet, le fait de prendre le temps d’écouter un bailleur de fonds et de lui répondre le fait sentir comme un contributeur valorisé.

Respectez votre obligation de rendre des comptes

Les bonnes pratiques générales de tout projet de financement participatif exigent des propriétaires de projets de tenir leurs contributeurs au courant des progrès de leur projets.

C’est encore plus important pour les projets de jeux vidéo, particulièrement s’il y a des retards dans la production du projet. Les joueurs sont particulièrement exigeants et valorisent autant la communication que la reddition de comptes.

Un bon exemple est le projet Fez. Même s’il ne s’agit pas d’un jeu à financement participatif, Fez a été annoncé en 2007 et a gagné un certain nombre de prix avant même son lancement, mais le jeu n’a pas été lancé avant 2012 en raison d’un certain nombre de retards. Le développeur du jeu, Phil Fish, a eu droit à des réactions dures de la part du public et des fans lorsqu’il n’a pas respecté les dates de lancement prévues, ce qui prouve que le public de jeux est rapide et exigeant quant au respect des promesses.

Si votre projet est retardé, informez-en vos contributeurs et donnez-leur une explication valable pour le retard. Vous leur donnerez non seulement une explication honnête, mais vous établirez une relation sincère, plus personnelle, avec votre public. En le traitant de cette façon, votre public pourrait vous surprendre en vous offrant appui et encouragement en cas de retard important – plutôt que frustration et perte de confiance envers votre produit. Comme il l’a expliqué devant un groupe d’experts lors de la GDC 2013, c’est ce que Colin Walsh des jeux Celsius a vécu lorsqu’un membre de sa famille proche est tombé malade et que la production de Drifter a été retardée. En étant sincère à propos de sa situation, Colin a non seulement évité les récriminations de ses partisans, mais a également été surpris par l’appui qu’il a reçu de leur part pendant ce moment difficile.

N’oubliez pas les médias traditionnels

Un des principaux points forts du financement participatif est sa capacité à mettre à profit les médias sociaux pour passer le mot à propos de votre campagne. Si cela s’applique autant aux campagnes de projets de jeux vidéo qu’à tout autre type de projet, il ne faut pas négliger pour autant le pouvoir des médias plus traditionnels pour les campagnes de jeux vidéo.

La communauté de jeux vidéo est assez soudée et obtenir la couverture de votre campagne dans des publications clés de l’industrie et spécialisées (telles que DevelopGamasutra ou Kotaku) est une façon importante de faire passer le mot à propos de votre projet et de votre campagne au-delà des frontières de vos réseaux personnel et professionnel. Une couverture médiatique dans ces médias plus traditionnels est également importante pour aider à donner de la crédibilité à votre projet et à votre campagne.  

Il est important pour les créateurs de jeux d’établir de bonnes relations avec les représentants de publications clés de l’industrie avant et pendant la campagne pour assurer une couverture efficace. Même s’il peut être difficile d’obtenir l’attention de ces médias (étant donné le nombre de campagnes de financement participatif en cours), sa réussite peut avoir une énorme incidence sur le résultat d’une campagne de financement participatif d’un jeu vidéo.

*Avertissement

Rappelez-vous que chaque projet et chaque campagne sont uniques. Même si les bonnes pratiques présentées ci-dessus constituent des lignes directrices générales de réussite, la chose la plus importante est de faire vos devoirs et de trouver ce qui fonctionne pour votre projet.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here