Cinq tendances observées à South by Southwest 2016

Maintenant que l’édition 2016 du festival interactif est chose du passé, voici les principales idées et tendances qui façonneront les technologies et les médias au cours des prochaines années.

Un paradoxe transcende le festival interactif South by Southwest. D’un côté, on nous dit que les choses vont vite et que le futur est déjà à nos portes; de l’autre, on affirme que nous ne sommes qu’au premier jour de cette révolution numérique, soit au début du début. L’important n’est peut-être pas tant de faire la part des choses entre sociologie et prospective, mais d’y confronter ses idées et d’absorber celles des autres.

1. Multiplateforme : parler le langage de l’usager

Le multiplateforme est l’une des grandes tendances ayant le plus marqué les discours cette année. Il s’agit de concevoir son contenu en fonction de chaque plateforme de diffusion plutôt que d’adapter son contenu préformaté aux plateformes en question. Naturellement, les médias natifs du Web l’appliquent depuis quelques années. Aujourd’hui, la pratique et l’usage leur donnent raison et un marché arrive à se consolider.

On a pu notamment assister au lancement de Buzzfeed Swarm, une régie publicitaire maison qui offrira aux marques la possibilité de tirer profit de campagnes 360 degrés multiplateforme. Fort de ses 6 milliards de vues chaque mois, Buzzfeed offrira donc à de nouveaux clients son expertise publicitaire ainsi que l’accès à l’entièreté de ses plateformes.

De son côté, le PDG de Vox Media, Jim Bankoff, a expliqué que les médias jouissant d’une voix et d’une marque fortes étaient ceux qui s’en tiraient le mieux dans l’ère numérique. Ceux-ci profitent davantage du développement horizontal et multiplateforme des contenus. À l’inverse, la multiplication des contenus verticaux dilue la marque, selon Bankoff.

2. Innovation sociale : plus de technologie en démocratie

La démocratie doit prendre à son tour le virage numérique, tout comme les médias, afin de permettre à la société d’innover sur le plan social. C’est le message qu’est venu livrer l’invité de marque par excellence cette année, le président des États-Unis, Barack Obama.

Depuis son arrivée en poste, le président américain s’efforce d’encourager la communauté techno à s’intéresser aux enjeux liés à l’engagement citoyen. Ainsi, il a financé des organisations non gouvernementales comme Code for America, ou encore des programmes qui permettent d’installer des réseaux Wi-Fi dans les régions rurales et les quartiers défavorisés.

Aux États-Unis, les taux d’abstention aux élections présidentielles tournent autour de 55 %. Pour le président, il faut que la communauté techno réfléchisse à de nouveaux systèmes de participation citoyenne. « Il n’est pas normal qu’il soit plus facile de commander une pizza que de voter. » Autour de cette allocution, le festival SXSW a proposé une foule de conférences sur le thème de l’innovation sociale et les enjeux liés à la mission d’améliorer le monde dans lequel on vit.

3. Pour en finir avec les trolls

La qualité des conversations sur Internet est un problème récurrent, et nombreux sont ceux qui cherchent une solution. Le Coral Project est l’une de ces organisations qui tentent de concevoir de meilleurs outils afin d’améliorer la qualité et la quantité des commentaires sur Internet. Elle a profité du festival SXSW pour dévoiler son nouvel outil, Trust, qui comptera sur l’aide des internautes pour modérer les commentaires de leurs pairs. On peut penser que la façon dont les discussions ont cours sur Internet pourrait être transformée de façon draconienne à terme.

Par ailleurs, on constate un essor des discussions privées par rapport aux discussions publiques, ce qui pose de nouveaux défis sur les plans de l’analyse et de la mesure. Pour Marc Jensen et Greg Swan de space150, il est plutôt normal que des conversations se déroulent de plus en plus dans des canaux privés plutôt que publics.

Il s’agirait d’une réaction normale des internautes en cette ère où tout le monde partage tout et n’importe quoi de manière publique. Les deux conférenciers nous ont appris, par exemple, que 77 % de tous les contenus partagés sur Internet concernant le rugby sont partagés dans des canaux privés. Cette tendance devrait permettre à de nouvelles entreprises de naître et permettre à d’autres acteurs (comme Snapchat, Facebook, Whatsapp, etc.) de consolider leur positionnement.

4. Vers un Internet de l’expérience

Si la réalité virtuelle était la grande vedette de l’édition 2015 du festival SXSW, cette nouveauté technologique a été largement discutée encore une fois cette année. Le nombre de producteurs de réalité virtuelle a explosé et on pouvait d’ailleurs entendre parler davantage de ses usages et des enjeux de production que l’année dernière.

Pour Kevin Kelly, auteur pour le magazine Wired, il faut s’attendre à ce que la réalité virtuelle ait une incidence telle que nous passions d’un Internet de l’information à un Internet de l’expérience – un Internet partageable, vivable et vendable… Le passage est fondamental et sera accéléré par des joueurs majeurs tels Mark Zuckerberg. Par exemple, on pourrait penser que demain, nous n’irons plus sur Facebook mais plutôt dans Facebook.

Les médias ne sont pas en reste. Pendant le festival, Vox a par ailleurs publié une entrevue avec Michelle Obama enregistrée en réalité virtuelle. Et le New York Times a largement communiqué sa stratégie en la matière. « Nous nous adaptons pour créer des contenus très visuels et très immersifs ainsi que des expériences irrésistibles », a relaté le PDG du journal, Mark Thompson. Enfin, la Knight Foundation a profité de l’occasion pour publier un rapport sur le journalisme en réalité virtuelle.

5. « Prenez X et ajoutez-y une intelligence artificielle »

La prochaine grande révolution numérique sera l’intelligence artificielle, nous a confié en conférence Kevin Kelly.

Que ce soit par le biais de robots, d’Internet, de suivi ou de voitures Google, l’intelligence artificielle commence à sortir des laboratoires et des universités et à se faire plus courante.

Pour Kevin Kelly, les 10 000 startups qui démarreront prochainement utiliseront une forme d’intelligence artificielle. Ainsi, leur slogan passera de « Nous sommes le Uber de X» à «Prenez X, et ajoutez-y une intelligence artificielle ». L’intelligence artificielle deviendra ainsi une commodité. Un jour, il se pourrait même que celle-ci soit produite et distribuée comme l’électricité : sous la forme d’un flux ininterrompu.

Toutefois, en matière d’intelligence artificielle, comme nous n’en sommes qu’au tout début, la bonne nouvelle, selon Kevin Kelly, est que personne n’est en retard.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here