Écosystème entrepreneurial – Bogotá

L’écosystème de startups de Bogotá est en pleine ébullition. La Colombie est le troisième pays hispanophone dans le monde et, en raison de la stagnation des économies brésilienne, argentine et vénézuélienne, le pays est en voie de devenir la nouvelle plaque tournante de la technologie en Amérique latine.

Le gouvernement colombien a adopté un certain nombre de mesures pour renforcer le secteur des technologies de l’information et des communications (TIC) du pays. Il a notamment éliminé les taxes sur la valeur ajoutée imposées sur les ordinateurs et les tablettes.

Des efforts ont également été déployés pour étendre l’accès aux services Internet par fibre optique à 96 % des villes et des municipalités du pays ainsi que pour offrir aux citoyens de l’espace de stockage dans le nuage.

Une étude de City Initiatives for Technology, Innovation and Entrepreneurship (CITIE) accorde à Bogotá le rang de « ville bâtisseuse ». Les villes de ce groupe en sont à une étape de transition rapide et étudient activement des politiques en vue de soutenir leurs écosystèmes naissants.

Les villes bâtisseuses ciblent en outre des domaines stratégiques qui ne touchent pas nécessairement à l’innovation en tant que telle, mais qui ont pour effet de créer un milieu propice à l’entrepreneuriat au sein de la ville.

(Copyright © 2016 CITIE. All rights reserved. CITIE is a joint project of Nesta, Accenture, Future Cities)

Des lieux abordables pour vivre, travailler et se réunir

Bogotá souffre de sa faible densité d’entreprises. Si les entrepreneurs ont accès à des lieux de travail abordables, ces derniers ne sont pas regroupés dans un secteur précis de la ville. Bogotá est une grande agglomération dont la plupart des sociétés Fortune 100 bien établies sont déjà installées dans le quartier financier.

Une densité d’entreprises accrue serait profitable à la ville, en favorisant le regroupement de la communauté des affaires ainsi qu’en encourageant l’échange d’information, l’inspiration et le dynamisme au sein de ses membres.

L’écosystème de Bogotá compte un certain nombre d’accélérateurs et d’espaces partagés de travail. Hubbog demeure le plus ancien de ceux-ci. À but lucratif, il demande aux entrepreneurs des droits d’adhésion et une participation à leur entreprise contre l’accès à ses différents programmes.

Atom House est un autre espace partagé de travail privé qui loue des bureaux à Bogotá et à Medellín. Il possède également un fonds correspondant, Social Atom Ventures, qui investit un peu partout en Amérique latine. Telefónica a également implanté son programme international d’accélérateur Wayra à Bogotá.

Atomhouse from Atomhouse on Vimeo.

Enfin, le gouvernement colombien, par le truchement du ministère des Technologies de l’information et des communications (MinTIC) et de son plan Vive Digital, organise une série de programmes de formation et d’accélération pour les entreprises, nouvelles et existantes, sous la bannière d’Apps.co.

Recyclage entrepreneurial

Le pipeline de startups de Bogotá est plein, grâce au sain équilibre entre le soutien du gouvernement, de fonds privés et des entrepreneurs qui paient pour avoir accès à certains des programmes décrits ci-dessus. Étant donné ce volume, ce n’est qu’une question de temps avant que les retraits commencent à s’enchaîner.

Au cours des cinq dernières années, René Rojas, fondateur de Hubbog, a soutenu le lancement de plus de 77 entreprises en démarrage. Son plus grand succès demeure Tappsi, une application de réservation de taxis qui a connu une croissance exponentielle depuis son lancement en 2012 et qui compte maintenant quelque 80 employés. Tappsi a été fondée par les entrepreneurs locaux Juan Salcedo et Andrés Gutiérrez, qui sont tous les deux très actifs dans l’écosystème des startups et qui souhaitent maintenant miser sur leur réussite pour lancer de nouvelles initiatives en démarrage.

Cette année, Domicilios, une entreprise en démarrage de livraison à domicile, a connu un retrait fructueux, aux mains de l’Allemande Rocket Internet. Même si on compte peu d’histoires de retraits fructueux, il existe bon nombre d’accélérateurs et d’incubateurs dans cette ville qui regorge de startups.

Rojas est optimiste et s’attend à un nombre accru de retraits au cours des deux prochaines années. Lorsque ceux-ci surviendront, il y aura davantage d’expertise, d’argent et d’occasions de mentorat dans l’écosystème local.

Conclusion

Bogotá semble destinée à connaître du succès. En effet, bon nombre d’entreprises technologiques sont sur le point d’effectuer un retrait très fructueux. Si la ville ne possède pas le niveau de recyclage entrepreneurial de Malmö, on espère que, lorsque ces retraits se produiront, le capital et l’expérience retourneront dans la collectivité, au fur et à mesure que de nouvelles initiatives seront créées.

Et si la densité d’entreprises demeure plus faible à Bogotá qu’à Malmö, il existe une variété d’accélérateurs et d’espaces partagés de travail qui permettent aux membres de la communauté de travailler et de se réunir. Bogotá tirerait probablement profit de la création d’un district urbain de l’innovation qui rapprocherait la communauté.

Article précédentÉcosystème entrepreneurial – Le Cap
Article suivantÉcosystème entrepreneurial – Malmö
Mark Greenspan
Mark Greenspan a passé les 17 dernières années à soutenir la croissance de sociétés de médias numériques par le développement d’un vaste éventail de programmes de formation et de développement commercial reconnus dans l’industrie. Mark a mis sur pied nextMEDIA et The Digis, la série canadienne la plus influente portant sur le secteur numérique et la remise de prix, depuis vendue à Brunico. Plus récemment, il a fondé le Digital Growth Lab, créateur d’influenceTHIS, un marché canadien de marketing d’influence et de création de contenu social.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here