La baladodiffusion à la conquête du transmédia et de la réalité virtuelle

La baladodiffusion est un marché en ébullition et n’est plus l’apanage de la radio. Adaptable et évolutive, elle se frotte désormais à la narration transmédia et certains lui prédisent même une lune de miel inattendue avec la réalité virtuelle.

Apparu en même temps que les premiers appareils mobiles, le balado (ou podcast) est un extraordinaire vecteur de narration linéaire et sérialisée. Ce format s’intègre facilement dans des stratégies de diffusion multiplateforme; cependant, pour faire l’historique de ses liens avec le transmédia, il faut remonter au début de notre millénaire… Tout a commencé par le Donjon de Naheulbeuk.

Il était une fois le Donjon de Naheulbeuk

Lancé en 2001 comme « saga MP3 » (le terme podcast n’existait pas encore), cette histoire détournait les codes du merveilleux historique (Heroic Fantasy) en nous faisant suivre le quotidien de plusieurs personnages typiques des jeux de rôle se lançant dans une quête pour retrouver une prophétique statuette dans un donjon également archétypal, le fameux Donjon de Naheulbeuk.

« Naheulbeuk, c’est un format historique lancé avant même l’avènement d’iTunes! », se souvient Joel Ronez, ex-directeur des nouveaux médias pour Radio France et fondateur de Binge Radio, un réseau professionnel de balados francophones dédié aux 20-35 ans. « Ce sont vraiment des communautés pionnières, des communautés de niche, qui n’ont pas vraiment eu d’équivalent par la suite. »

Alors que les trois premières saisons ont été développées en format audio, les saisons 4, 5 et 6 se sont déclinées sous forme de bédé, devenant ainsi un véritable « phénomène de librairie ». Outre son originalité et son humour décapant, le succès de ce balado s’explique par les liens étroits qu’entretenait le créateur avec sa communauté d’adeptes. Chaque semaine sur son blogue, il informait ses adeptes des évolutions du projet et les consultait sur certains sujets. C’est ce qui a mené l’univers à se prolonger au fil des années sous forme de roman, de série animée, de jeu de rôle, de jeu de société, de jeu vidéo et même de groupe de musique – le « Naheulband »!

Welcome to Night Vale : un OVNI dans la galaxie de la baladodiffusion

Sur la forme comme sur le fond, le balado narratif peut pousser l’originalité encore plus loin. Ainsi, au cours des dernières années, on a vu débarquer des OVNI tels que l’excellent Welcome to Night Vale (WTNV). Il s’agit d’un podcast américain bimensuel, présenté comme la radio communautaire d’une petite ville imaginaire perdue au milieu du désert, où toutes les théories conspirationnistes non seulement sont réelles, mais aussi font partie du quotidien des résidents.

Le podcast est porté par Cecil Baldwin l’unique animateur d’une station de radio imaginaire, qui nous raconte à chaque épisode des histoires absurdes et dérangeantes : un dragon est arrivé en ville, des anges viennent vous aider à changer les ampoules et une maison a disparu au milieu d’un lotissement paisible (rassurez-vous, des recherches sont en cours).

L’univers « science-fiction-comico-surréaliste » est prolongé par un compte Twitter alimenté par les auteurs. Ils y publient de petites maximes absurdes et interagissent avec leur communauté, qui compte plus de 320 000 abonnés à ce jour. WTNV a remporté un tel succès que les auteurs ont décidé d’écrire des épisodes exclusifs qu’on peut voir sur scène avec des intermèdes musicaux d’artistes ayant participé à l’habillage musical du balado. Des adeptes du monde entier adorent et se ruent chaque fois sur le stand de marchandisage où sont vendus en quantités limitées des produits non offerts en ligne.

L’exemple fondateur de Serial

Plus récemment, le célèbre balado Serial – nous permettant de suivre une journaliste d’enquête qui pousse l’affaire d’un meurtre vieux de plus de 15 ans – a d’emblée été lancé avec un site Websur lequel on pouvait retrouver épisode par épisode des numérisations de lettres manuscrites, des extraits de procès-verbaux et même des plans du stationnement où le meurtre aurait été commis.

Ces éléments permettaient d’aller plus loin dans l’exploration de l’histoire qui nous était racontée, à raison d’un épisode par semaine, et renforçait l’aspect immersif de l’enquête journalistique. Après la fin de la première saison, des épisodes supplémentaires ont également été diffusés afin de tenir les auditeurs à jour des dernières avancées juridiques dans ce dossier. À noter que ce dernier a été rouvert devant les tribunaux un an après la baladodiffusion.

Une lune de miel avec la réalité virtuelle?

Mais la route du balado ne s’arrête pas là, puisqu’il pourrait bientôt emprunter le sentier de la réalité virtuelle (RV). C’est le point de vue défendu notamment par Chris Giliberti dans un articlepublié par Forbes en mars 2016.

Pour ce jeune cadre d’une start-up spécialisée dans le podcast, la narration orale est en effet la seule à même de recréer une narration linéaire au sein d’univers sur 360 degrés. Puisqu’on ne peut plus jouer sur le montage ou les effets de cadrage pour façonner le récit, tout reposera sur la voix du narrateur et la capacité du son de nous immerger dans une histoire.

L’entrevue de Marc Maron avec le président américain Barack Obama

Ainsi, l’auteur de l’article se plaît à imaginer ce que donnerait une immersion en réalité virtuelle dans le garage du célèbre baladodiffuseur Marc Maron pendant qu’il interviewe Barack Obama. On assisterait à un moment intime en regardant tour à tour celui qui parle, celui qui écoute ou par la fenêtre, comme lorsqu’on est témoin d’une conversation dans un bar.

« Certains disent que la réalité virtuelle ouvre des portes pour le récit audio parce que, quand on est perdu dans une image, le son est un des éléments de narration qui permet de se raccrocher à une narration linéaire, soutient Joel Ronez. Une narration aussi linéaire que celle d’un livre par exemple. Tout le monde ne voit pas la même chose, mais tout le monde entendra la même chose ».

Ainsi, même si le balado s’intègre naturellement dans des dispositifs transmédia, c’est peut-être sa capacité de « relinéariser » la narration dans des expériences de réalité virtuelle qui pourrait lui promettre un avenir radieux. Ça pourrait aussi bien être le cas d’expériences de réalité augmentée, où les yeux sont déjà trop occupés. Enfin, moyennant des investissements croissants, des réseaux de diffusion qui se multiplient et une nouvelle génération d’auteurs qui émerge, il y a fort à parier que le podcast dépasse prochainement le mur du son. C’est à suivre…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here