L’Alberta, nouvelle plaque tournante en intelligence artificielle?

Billet invité, présenté dans le cadre d’un partenariat éditorial entre FMC Veille, la plateforme de veille stratégique du Fonds des Médias du Canada (FMC), et Digital Alberta. © [2018] Tous droits réservés.

La semaine dernière, le gouvernement de l’Alberta a annoncé un investissement de 100 millions de dollars dans le secteur de l’intelligence artificielle (IA) de la province. Cet investissement servira à des fins de formation, de recherche, de stimulation de la croissance des entreprises et d’incitation pour convaincre des sociétés d’IA étrangères à s’installer en Alberta.

Combinée à l’investissement de l’année dernière de 50 millions de dollars pour créer 3 000 nouvelles places de formation en haute technologie dans les établissements d’enseignement postsecondaire de la province, l’annonce s’inscrit également dans l’engagement pris par le gouvernement fédéral en 2017 d’investir 125 millions de dollars dans la Stratégie pancanadienne en matière d’intelligence artificielle, laquelle a financé l’Alberta Machine Intelligence Institute (l’Amii). (Dans le cadre de l’annonce de la semaine dernière, l’Amii recevra également 27 millions de dollars du gouvernement principal pour ouvrir des bureaux à Calgary.)

La question qui s’impose est la suivante: qu’est-ce que tout cet engouement pour l’IA signifie pour les activités quotidiennes des entreprises albertaines?

Dans son dernier billet, Digital Alberta s’entretenait avec le président et chef de la direction de l’Amii, John Shillington, à propos des développements dans la recherche sur l’IA ainsi que son potentiel pour les entreprises albertaines. Dans ce billet, Digital Alberta a pris le temps de fournir un peu plus d’information contextuelle sur ces technologies et expliquer pourquoi même les plus petites (et moins technologiques) entreprises albertaines ont intérêt à s’intéresser à l’IA.

« Le terrain ici est très fertile pour une croissance exponentielle. » — John Shillington, PDG de l’Amii

Quelques définition de base

L’intelligence artificielle renvoie essentiellement à un ordinateur capable d’effectuer des tâches qui requièrent normalement l’intelligence humaine. Autrement dit, l’ordinateur est capable d’effectuer la tâche sans aide.

D’autres outils et méthodologies qui sont fréquemment mentionnés dans des discussions sur l’IA sont l’apprentissage machine et, dans une moindre mesure, la science des données.

L’apprentissage machine renvoie exactement à ce à quoi l’on pense d’emblée: la capacité d’une machine d’apprendre quelque chose (sans avoir été explicitement programmée pour l’apprendre).

En s’y intéressant plus spécifiquement, il y a différentes façons de programmer des machines pour qu’elles apprennent et traitent des données. La programmation peut passer par l’analyse de textes, de sons et d’images, la reconnaissance de formes, la jouabilité, etc. Vous entendrez parler des expressions suivantes en référence à ces systèmes: apprentissage profond et réseaux neuronaux, apprentissage par renforcement, traitement du langage naturel et vision par ordinateur.

La science des données est un moyen de mieux comprendre des données d’un point de vue à la fois descriptif et prescriptif, en examinant un ensemble de données et d’établir non seulement ce qu’elles signifient, mais aussi ce qu’elles pourraient signifier. Prenez l’exemple de Netflix. Le service de diffusion en continu était arrivé à la conclusion que les gens aimaient regarder des films de suspense / films mettant en vedette différents personnages / films mettant en vedette Sandra Bullock. C’est ce qui a mené à la production du film Bird Box, une production originale de Netflix, ayant été regardé en continu à 45 millions de reprises au cours des sept premiers jours ayant suivi sa mise en ligne.

Pourquoi maintenant?

Ces technologies sont en développement depuis des décennies, mais ce n’est que depuis la relativement récente prolifération d’ordinateurs à la fois puissants et abordables (matériel informatique ou infonuagique) et l’avènement des réseaux à haut débit que des millions de personnes ont pu commencer à utiliser ces outils.

Quels types d’entreprises utilisent donc ces outils?

Toutes les entreprises (ou presque!) les utilisent. Que vous utilisiez QuickBooks, Google, Facebook, MailChimp et ainsi de suite, vous bénéficiez déjà des services, robots et recommandations assistés par l’IA de ces géants technologiques.

D’autres grandes sociétés présentes au Canada, comme Shopify et Linamar (une entreprise manufacturière), ainsi que la plupart des grandes banques ont développé des capacités internes en matière d’IA. À l’heure actuelle, l’IA sert le plus souvent à: 1) mieux détecter la fraude et d’autres menaces à la sécurité; 2) accroître l’efficacité des équipements et des opérations internes; et 3) développer des outils de recommandation personnalisés (et aider les robots à résoudre des problèmes courants) aux besoins de clients.

Les petites entreprises peuvent-elles bénéficier de l’IA?

« Ça dépend » est la réponse qui va de soi. La clé de l’utilisation de tout nouvel outil numérique – incluant la science des données et l’apprentissage machine – est de l’aborder en ayant un objectif très précis en tête. Vous ne pouvez pas envisager ces technologies comme un oracle magique capable d’évaluer rapidement l’ensemble de votre entreprise et de déterminer vos problèmes ou votre potentiel. Ça prend des questions et des objectifs aussi précis que possible!

Aussi, tenez compte de l’information que vous avez: tenez-vous des dossiers complets sur vos opérations et vos dossiers sont-ils bien organisés et faciles à consulter? Tout projet numérique commence par des données et, plus vous possédez de données (et mieux vos données sont organisées), meilleurs seront les résultats de vos projets.

Organismes de soutien en Alberta

Vous voudrez peut-être travailler avec une firme-conseil technologique pour donner le coup d’envol à votre projet. Voici une liste non exhaustive d’organismes pouvant vous venir en aide:

Aussi, il existe peut-être des possibilités pour vous de mettre sur pied une équipe interne d’IA ou de science des données en puisant dans votre bassin existant de talents. Vous pouvez assister à une prochaine séance de l’Amii pour en savoir plus à propos de l’IA et comment faire vos débuts dans le secteur. D’autres occasions d’apprentissage se présenteront probablement au cours de la prochaine année à mesure que l’Alberta amorce sa forte poussée pour inciter plus d’entreprises (et d’Albertains) à plonger dans cette technologie qui change les règles du jeu!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here