Lorsque votre marché est le monde : une perspective canadienne sur la mondialisation des médias

Le livre blanc Pensez différemment – Les nouvelles réalités concurrentielles du marché mondialisé des contenus cartographie l’actuel paysage médiatique mondial et explique les incidences pour les entreprises canadiennes.

La mondialisation, soit la circulation de marchandises, d’idées et de personnes par-delà des frontières internationales, n’a rien de nouveau. C’est un concept qui existe depuis des siècles et qui permet la circulation de cargos chargés de thé, de phénomènes culturels et sociaux et d’une pléthore d’autres éléments tangibles et intangibles.

Ce qui est nouveau est l’expansion de ces pratiques de mondialisation au secteur de la production et de la distribution de médias. Dans le monde de la musique, la combinaison de la mondialisation et d’Internet fait en sorte que des succès populaires de la Corée du Sud et de Puerto Rico franchissent librement des frontières nationales et deviennent les vidéos les plus regardées de l’histoire de YouTube. Dans le secteur de la télévision, ça signifie que, au lieu de penser en termes de l’infrastructure requise pour la télévision câblée et la large bande fixe, les producteurs auraient intérêt à évaluer de nouvelles options pour livrer leur contenu, comme la télévision par contournement (OTT) et la mobilité.

La mondialisation des médias au Canada

Comment prend forme cette mondialisation ici au pays? On retrouve par exemple de nombreuses personnalités canadiennes sur YouTube qui sont suivies par des millions de personnes dans le monde : Michael McCrudden (Before They Were Famous), Mitchell Moffitt et Gregory Brown (ASAP Science) et l’actrice et musicienne Lilly Singh, dont la chaîne Superwoman a été vue à plus de deux milliards de reprises à ce jour.

Un autre exemple est The Indian Detectiveune coproduction tournée à Cape Town, Mumbai et Toronto qui met en vedette Russell Peters qui y joue le rôle d’un policier torontois de descendance indienne qui se retrouve au cœur d’une enquête sur un meurtre pendant qu’il est en visite chez son père à Mumbai.

Naviguer dans un monde post-diffusion et post-frontières

Le livre blanc Pensez différemment vise à aider les producteurs canadiens de contenu télévisuel, de films et de jeux à comprendre les transformations en cours dans un monde post-diffusion et post-frontières.

Il se veut à la fois un document autonome et un document qui accompagne la série de sept fiches sur l’exportation publiées par le Fonds des médias du Canada à l’automne 2017, lesquelles analysent les opportunités pour les producteurs canadiens en Afrique, Amérique latine, Asie et Inde.

Les plateformes de diffusion en continu exploitées par Netflix, Amazon et Hulu (entre autres) sont monnaie courante aujourd’hui et ne connaissent aucune frontière.

Tout aussi courants sont les appareils multimédias mobiles utilisés chaque jour par des milliards de personnes pour consulter et consommer du contenu média, que ce soit dans les rues des centres urbains les plus vastes et avancés ou dans des régions plus isolées et moins développées de la planète.

De tels développements expliquent la décision de Vice de faire son entrée dans 45 marchés africains. Vice, qui a conclu un partenariat avec Econet, une société de télécommunications et opérateur de télévision payante ainsi qu’avec la société de télécommunications française Orange, dessert désormais plus de 100 millions de clients dans 19 pays d’Afrique et a récemment ajouté une plateforme VSD (vidéo sur demande) à son offre, plateforme qu’elle présente comme une Netflix miniature proposant du contenu local, national et international.

Faits en rafale concernant le paysage médiatique mondial actuel :


Pour plus d’information sur la conjoncture mondiale des industries des médias, de la technologie et du divertissement, téléchargez gratuitement le livre blanc Pensez différemment – Les nouvelles réalités concurrentielles du marché mondialisé des contenus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here