Plateformes émergentes de création vidéo

Destinées d’abord au partage de vidéos par le grand public, les plateformes YouTube et Vimeo (lancées respectivement en 2005 et en 2004) hébergent maintenant des milliers d’heures de contenu produit de façon professionnelle. Depuis, ces plateformes ont fait des petits et ont changé, en raison de l’évolution des réseaux sociaux, de la possibilité de capter spontanément des moments avec son appareil mobile et de l’apparition d’une pléthore d’outils de manipulation de contenu faciles à utiliser.

Les applications mobiles comme Socialcam et Viddy ont évolué depuis le modèle « produisez votre vidéo, partagez-la en ligne ». Elles offrent maintenant les dernières avancées en matière de capacités d’enregistrement vidéo des appareils mobiles, comme Instagram l’a fait avec l’expérience photographique. Les deux applications incorporent de nombreuses fonctionnalités pour faire écho à d’autres plateformes de réseau social : les utilisateurs peuvent voir ce qui est populaire, visionner, aimer ou commenter les vidéos de leurs amis et suivre les principaux sujets de l’heure.

Lorsqu’ils filment des vidéos avec l’application Socialcam, les utilisateurs peuvent appliquer une série de filtres, notamment Rouge, années 1970, Kodak ou le filtre commandité House at the End of the Street (La maison au bout de la rue), inspiré du film sorti récemment. Les vidéos sont mises en ligne et partagées sur le réseau de Socialcam, qui est accessible par application mobile et en ligne, mais il est très facile de les partager par les divers fils d’actualité des médias sociaux. Offert en versions iPhone et Android, Socialcam aurait, selon Forbes, plus de six millions d’utilisateurs actifs quotidiens. Les marques, qu’il s’agisse de produits (Sprite, Axe), de séries télévisées (Community), de célébrités (Madonna) ou d’entités médiatiques (Cosmopolitan,Lionsgate), étudient des façons de tirer profit du réseau dans le cadre de leurs stratégies de promotion.

Viddy se distingue de Socialcam en ce sens qu’il impose une durée maximale de 15 secondes par vidéo, imitant ainsi Twitter, qui limite le nombre de caractères des gazouillis. L’application offre elle aussi une collection de filtres, notamment des styles traditionnels comme Vintage et Télé ou Warped, un filtre qui donne l’impression que les protagonistes de la vidéo sortent d’une attaque de zombies. Au moment de rédiger le présent billet, Viddy n’offrait pas un rayonnement manifeste aux marques, mais il permettait aux utilisateurs de choisir de la musique pour leurs vidéos, ce qui pourrait ouvrir la voie à l’octroi de licences de musique ou à des campagnes promotionnelles pour les artistes. Actuellement, l’application compte moins d’utilisateurs actifs quotidiens que Socialcam (1,6 million), mais elle aurait un niveau de fidélité légèrement plus élevé.

Adoptant une démarche complètement différente, Toontastic est une application de narration vidéo destinée aux enfants, mais appréciée des utilisateurs de tous âges. Offerte en version iPad, Toontastic guide les utilisateurs à toutes les étapes de la création d’une histoire animée : mise en place du décor, élément perturbateur, tensions, climax et dénouement. Les utilisateurs choisissent un décor, des personnages et de la musique pour chaque scène. Ils animent leurs personnages comme des marionnettes et enregistrent leur propre narration à l’aide des microphones incorporés. Contrairement aux outils d’enregistrement de vidéos réelles mentionnés précédemment, les créations réalisées dans Toontastic ne peuvent être visionnées que sur la plateforme exclusive ToonTube, à partir de laquelle les utilisateurs peuvent partager leurs vidéos sur Facebook et Twitter.

Doodlecast est une paire d’applications pour iPad conçues au Canada. La version originale pour enfants met en valeur la narration et Doodlecast Pro, la présentation. Les applications permettent à l’utilisateur d’enregistrer ses dessins et une narration. Comme Toontastic, la version originale de Doodlecast contient également des amorces de récit accompagnées de paires d’yeux, d’un chapeau ou de bottes, invitant l’utilisateur à créer une histoire mettant en scène le personnage auquel ces objets appartiennent. Les créations réalisées à l’aide de ces deux applications peuvent être sauvegardées sur l’appareil ou partagées directement sur YouTube et, dans le cas de la version Pro, par Dropbox.

Professionnel vs amateur

Le suivi et la mesure de ce contenu produit par les utilisateurs ont-ils une valeur pour les créateurs de contenu professionnel et les bailleurs de fonds? Oui et non. Le suivi du contenu amateur et sa comparaison à l’aide des paramètres de mesure du contenu professionnel équivalent à comparer des pommes et des oranges. Cependant, si les mesures de référence sont toujours incertaines, le suivi du contenu amateur comme preuve de la fidélité des utilisateurs envers l’application ou la marque revêt une grande valeur. Plus tôt en 2012, comScore a publié les résultats d’une étude sur la synergie du contenu vidéo professionnel et des produits vidéo créés par des utilisateurs dans les campagnes de mise en marché. Les auteurs ont découvert que le contenu professionnel et les produits vidéo faisaient beaucoup mieux décoller une marque lorsqu’ils étaient utilisés en tandem (avec du contenu authentique produit par un utilisateur) que lorsqu’ils étaient utilisés séparément.

Il ne s’agit bien entendu que d’une seule étude destinée aux publicitaires, mais ses constatations doivent être prises en considération par les créateurs de contenu numérique dans l’évaluation des nouvelles plateformes de partage de vidéos comme façon de fidéliser l’auditoire et comme accompagnement du contenu original.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here