L’activité en ligne s’accroît sans cesse à l’échelle planétaire, et le marché américain a atteint un point de bascule cette année : on y compte dorénavant plus d’abonnés à Internet qu’à la télévision par câble. Tout indique qu’un nouvel équilibre est en train de s’établir.

Il convient maintenant d’examiner les industries nationales, et le secteur audiovisuel en particulier, dans le contexte : a) de la dominance de nouvelles multinationales sur Internet; b) de la quantité croissante de contenus et de la diminution de la durée d’attention; et c) du déclin des particularités culturelles au profit d’une uniformisation des préférences à l’échelle du globe.

Le principal défi que les industries nationales de la télévision doivent relever cette année, c’est de bien choisir leurs batailles et leur positionnement, car l’ère des essais-erreurs tire à sa fin. Autrement, on risque de fragiliser les profits économiques et les intérêts nationaux au profit des empires du Web.

Six tendances

Six thématiques principales sont abordées dans ce rapport:

  1. Un certain effet de fatigue se fait ressentir chez les utilisateurs d’appareils connectés et on observe une concentration de leurs points d’accès au contenu;
  2. La fusion de la consommation de contenu à la télé et en ligne se poursuit;
  3. Le visionnement de jeux en ligne et le sport électronique occupent une place grandissante dans l’industrie du divertissement;
  4. YouTube se professionnalise et certains contenus généré par les utilisateurs atteignent des standards professionnels;
  5. Il y a de moins en moins d’intermédiaires dans la génération de revenus et le fan labour devient une source importante de promotion;
  6. L’échiquier mondial des médias continue de se concentrer entre les mains de quelques géants et la concurrence s’intensifie.