Série Le prochain milliard : connecter le prochain milliard d’internautes

Le prochain milliard est une série en trois volets qui examine l’incidence de la croissance phénoménale du monde connecté et les possibilités que crée ce monde.

Il a fallu 22 ans pour connecter deux milliards de personnes à Internet. Au cours des quelques prochaines années, ce nombre est appelé à augmenter de plus de 100 % et nous serons alors plus de quatre milliards d’internautes sur la planète. Cette nouvelle génération de personnes branchées est jeune, utilise des appareils mobiles pour surfer et habite des marchés émergents. Cette série en trois volets examine l’incidence de cette croissance phénoménale et présente des occasions déterminantes qui s’offrent aux producteurs canadiens de médias numériques.

Alors que le téléphone intelligent est omniprésent en Amérique du Nord et en Europe, le taux de pénétration mondial de ces appareils n’est actuellement que de 22 %. Cela signifie que près de huit utilisateurs d’appareils mobiles sur dix ne sont pas branchés à Internet. Cependant, depuis 2013, les ventes mondiales de téléphones intelligents dépassent celles des téléphones mobiles conventionnels. Certains analystes suggèrent que l’actuel taux de croissance pourrait faire des téléphones intelligents connectés à Internet la norme mondiale d’ici deux à trois ans. À l’heure actuelle, 78 % des téléphones intelligents de la planète sont munis du système d’exploitation Android de Google, alors que le système d’exploitation iOS d’Apple suit loin derrière, à 15 %. Cet écart en dit très long sur la stratégie adoptée par Google de développer des téléphones intelligents plus abordables destinés aux marchés émergents. Bien qu’il soit trop tôt d’éliminer du portrait Microsoft 7 ou de nouveaux joueurs comme Firefox OS, à la lumière de l’actuel taux d’adoption, il appert qu’Apple et Google pourraient être les deux principales plateformes d’informatique mobile de demain.

Un milliard de consommateurs de plus

C’est donc une excellente nouvelle, n’est-ce pas? Quelques milliards de nouveaux internautes au cours des prochaines années, c’est autant de clients potentiels qui téléchargeront vos applications sur des plateformes de distribution comme Google Play et iTunes. Aussi, cela se traduira par un plus grand auditoire potentiel de votre contenu sur YouTube, Facebook, Netflix et d’autres services Web accessibles partout dans le monde. Angry Birds – un jeu mobile créé par une équipe de développeurs finnois – illustre à merveille comment un jeu mobile sommes toutes plutôt simple peut devenir une franchise de divertissement d’envergure mondiale. Cette année, sept parcs thématiques Angry Birds ont ouvert leurs portes en Chine, la sortie d’un film en 3D est prévue en 2016 et plus de dix millions d’articles-jouets Angry Birds ont été vendus à l’échelle planétaire. Brancher la planète entière au moyen de téléphones intelligents offrirait un potentiel énorme aux entreprises de contenu cherchant à connaître le même niveau de succès.

Mais à quel coût? À l’heure actuelle, si vous consultez les statistiques mondiales sur App Annieconcernant les applis payantes et gratuites téléchargées des boutiques Google Play et iTunes, vous constaterez que les deux listes présentent surtout des applications de jeu et de messagerie. À lui seule, Facebook occupe les quatre premières places quant aux applications les plus fréquemment téléchargées sur la planète : Facebook, Facebook Messenger, WhatsApp et Instagram. De plus, alors que seulement 5 % de la population mondiale a l’anglais comme langue maternelle, on estime que plus de la moitié du contenu sur Internet est en anglais. Donc, avec l’arrivée de milliards de nouveaux internautes au cours des prochaines années, quel type d’Internet découvriront-ils et quelles seront les principales activités dans lesquelles ils s’engageront? Aussi, comment cette adoption rapide de la technologie peut-elle contribuer à résoudre certains des problèmes les plus criants de l’humanité? Ce sont les grandes questions que nous devrions nous poser et elles sont légion.

Le monde du développement numérique

Le Martin Prosperity Institute et le Global Solutions Network de Don Tapscott reconnaissent que [traduction] « la révolution numérique a permis à de nouveaux réseaux de se brancher et de collaborer sans égard aux frontières, aux cultures et aux disciplines de façons qui auraient été impossibles jadis. Aujourd’hui, ces réseaux Web prolifèrent partout sur la planète et ont une incidence de plus en plus importante dans la résolution de problèmes mondiaux et la facilitation de la coopération et la gouvernance à l’échelle mondiale. » Par conséquent, ils mènent une série d’initiatives de recherche pour [traduction] « explorer le potentiel de réseaux Web mondiaux en matière de coopération, de résolution de problèmes et de gouvernance ». USAID, le principal organisme d’aide du gouvernement américain, a lancé un laboratoire de développement numérique pour [traduction] « soutenir l’élan de l’économie numérique de façon à améliorer la qualité de vie des populations les plus pauvres et les plus vulnérables de la planète ». Plus précisément, les activités de ce laboratoire sont axées sur [traduction] « les finances numériques, un accès inclusif à des données et services numériques et mobiles ainsi que l’utilisation des données collectées d’appareils numériques dans l’optique d’améliorer les processus décisionnels ». Alors que de telles initiatives sont axées principalement sur la recherche, nombre d’organisations visent le renforcement des capacités et la formation.

Mozilla – la société ayant développé le populaire fureteur Firefox – gère une fondation qui veille sur son initiative à grand succès Webmaker. Ayant son siège social à Toronto, cette initiative vise à habiliter les gens à créer sur le Web plutôt que simplement consommer le Web. Plus récemment, Mozilla a conclu un partenariat avec GSMA, une association regroupant 800 opérateurs de réseaux mobiles dans 220 pays sur la planète, afin de lancer une série de programmes de formation d’alphabétisation numérique, de produits localisés et d’initiatives de contenu – laquelle série est destinée aux marchés émergents. Il existe aussi la Digital Opportunity Trust, un chef de file parmi les entreprises sociales canadiennes qui propose des programmes uniques menés par des jeunes qui visent à habiliter des personnes vivant dans des communautés en développement, en transition ou aux prises avec des difficultés. Le but est de leur donner la confiance d’utiliser la technologie à des fins de développement entrepreneurial, communautaire, éducationnel et personnel. Fondée en 2002, l’organisation a livré à ce jour des programmes à plus de 800 000 personnes dans le monde. Enfin, des incubateurs et des accélérateurs qui ciblent les marchés émergents – comme 88mph en Afrique du Sud ou 21212au Brésil – jouent un rôle clé dans la préparation à l’innovation d’écosystèmes locaux.

Il ne fait aucun doute que le branchement de plus de deux milliards de personnes de plus à Internet transformera le monde. Cependant, la forme exacte que prendra cette transformation n’est toujours pas connue. C’est une convergence de moult facteurs et de nombreux joueurs qui dictera les changements ainsi que la capacité de créer des produits et services de grande portée et d’aborder certains enjeux fondamentaux de l’humanité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here