TENDANCES 2012: Votre portefeuille mobile

Dans le dernier trimestre de 2011, la course pour le nouveau (et très lucratif) marché du paiement mobile s’est intensifiée sur le continent nord-américain avec Google qui lançait aux États-Unis son service de “Google Wallet” en septembre, puis VISA, Master Card et PayPal qui emboîtent le pas avec divers services de transactions mobiles.  Une recherche récente du groupe Forrester prédit que d’ici 2016, les consommateurs seront en mesure de payer la plupart de leurs achats à l’aide de leur téléphone intelligent. Le paiement mobile peut prendre différentes avenues.  Il peut s’agir d’utiliser son téléphone pour interfacer avec des terminaux de paiement chez les marchands, de manière à compléter une transaction d’un simple clic.  Il peut s’agir également d’utiliser son appareil pour enregistrer vos transactions qui seront refacturées mensuellement via votre opérateur mobile comme le propose Android pour l’achat des applications en Europe. Dans tous les cas, on peut suspecter que la facilité d’achat à l’aide de son téléphone puisse instaurer des comportements de confiance de la part des acheteurs et soutenir la croissance de modèles d’affaires tels que le “in-app purchase” ou la publicité mobile, tout deux directement liés aux habitudes croissantes d’achat d’applications.  Au Canada, bien que les avancées soient plus timides,  un récent sondage effectué par ING direct montre à quel point les Canadiens sont prêts à migrer toutes leurs opérations bancaires sur le téléphone mobile et parmi la fonctionnalité la plus demandées (31% des répondants) aux institutions financières se trouvent la possibilité de faire un paiement grâce au téléphone. Dans un environnement où le nerf de la guerre se trouve dans les modèles d’affaires et de monétisation et où l’ultraconnectivité des utilisateurs peut faciliter – voire accélérer – cette transition vers des modèles transactionnels,  cette tendance du paiement mobile est clairement à surveiller.

Article précédentTENDANCES 2012: L’avalanche des données
Article suivantTENDANCES 2012: Le nouveau souffle de l’édition
Catalina Briceño
Reconnue comme une communicatrice et mobilisatrice hors pair, Catalina Briceño accompagne depuis 20 ans des entreprises médiatiques et culturelles dans le développement et le déploiement d’initiatives de transformation numérique, d’innovation et de diversification. Parmi ses réalisations marquantes, mentionnons son rôle dans la croissance et le succès international des Têtes à claques (Salambo Productions) ainsi que la création et la direction du service de veille stratégique du Fonds des médias du Canada (2010-2018). Professeure invitée à l’École des médias de l’UQAM, elle partage aujourd’hui sa passion pour la veille stratégique et la réflexion prospective sur l’avenir de la télévision et des médias avec ses étudiants et ses collègues de l’industrie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here