Tendances 2018: la baladodiffusion

Très prisée, la diffusion de contenus audio en ligne joue un rôle grandissant dans le secteur de l’audiovisuel. Cet article est extrait du Rapport sur les tendances 2018.

De quoi s’agit-il?

Le terme baladodiffusion a été proposé en 2004, mais il aura fallu 10 ans avant que le téléchargement de fichiers audio sur des ordinateurs ou des appareils mobiles n’intéresse de larges auditoires. C’est le lancement d’émissions populaires comme Welcome to Night Vale et Serial, qui a largement contribué à cet engouement. Une personne sur cinq au Canada (Media Technology Monitor, printemps 2016) et une sur quatre aux États-Unis (The infinite Dial, hiver 2017) écoute des baladodiffusions. L’écoute en ligne explose, car beaucoup de contenu se trouve aujourd’hui à l’extérieur du marché radiophonique traditionnel. On compte plusieurs services de musique numérique comme Spotify et Apple Music, de même qu’une grande gamme de dramatiques et de documentaires destinés à des auditoires éparpillés partout dans le monde. Les sports, ainsi que les contenus d’enquête et les éditoriaux, règnent sur le palmarès de la baladodiffusion en terre canadienne.

La popularité de la baladodiffusion se traduit par d’importantes recettes publicitaires. L’Interactive Advertising Bureau (IAB), qui a fait une analyse du marché américain de la baladodiffusion, prévoyait que les ventes augmenteraient de 85 % de 2016 à 2017, soit une hausse de 119 à 220 millions de dollars. Toutefois, nombre de créateurs ont encore du mal à convaincre les annonceurs. Une raison a été le manque de données pour analyser comment était écouté chaque épisode d’un balado. Jusqu’en décembre 2017, les créateurs et les annonceurs diffusant leur contenu par le logiciel iTunes d’Apple, à travers duquel sont écoutés la plupart des balados, ont dû évaluer leur succès qu’à partir des nombres totaux de téléchargements. Des méthodes d’analyse plus approfondies devraient faciliter la prise de décisions.

En quoi est-ce important pour nos industries?

La sérialisation des baladodiffusions rend celles-ci plus adaptables à un contexte télévisuel. La transition se fait déjà pour certaines des baladodiffusions les plus prisées. En 2017, Amazon Studio a produit la version télévisée du balado d’horreur Lore et a commandé deux saisons de Homecoming, une série à suspense sur fond politique basée sur le balado du même titre. En 2018, ABC diffusera Alex, Inc., une comédie de situation inspirée du balado documentaire StartUp. Une entente a aussi été conclue entre FX et Sony Pictures Television dans le but de développer une série basée sur Welcome to Night Vale, un balado qui a donné lieu à la création de spectacles en direct et à la publication de romans et de scénarios. Le contraire est tout aussi possible : de nombreux adeptes ont créé des balados à partir de leur émission de télévision préférée.

Détails intéressants

  • La moitié de l’auditoire canadien écoute des balados sur leurs téléphones intelligents (selon un sondage de l’Observateur des technologies médias).
  • 65 % des auditeurs sont prêts à acheter des produits et des services annoncés lors de balados (étude de l’IAB). Les publicités directes lues par les animateurs des balados, sont les plus efficaces

Informez-vous

Découvrez les origines de la baladodiffusion et son usage potentiel dans les sphères de la RV et de l’expérience à 360 degrés en lisant La baladodiffusion à la conquête du transmédia et de la réalité virtuelle. Voyez également La nouvelle économie de la baladodiffusion, pour une analyse de modèles d’affaires dans cette industrie en ébullition.

Des cas à suivre

Un nombre croissant de marques et d’organisations créent et proposent leurs propres balados, dont General Electric, eBay, Lenovo, Shopify, Tinder et même le parlement du Royaume-Uni. Bien qu’ils ne génèrent au mieux que peu de revenus, on considère la baladodiffusion comme un bon moyen de toucher des auditoires attentifs et de promouvoir une marque.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here