Tendances 2018: la programmatique

La programmatique à heure de grande écoute. Cet article est extrait du Rapport sur les tendances 2018.

De quoi s’agit-il?

Dans le secteur publicitaire, la programmatique fait référence à une technologie automatisée pour vendre, acheter et livrer des impressions publicitaires en temps réel. Les inventaires publicitaires sont mis en relation via des réseaux d’échanges (« ad exchanges ») avec des annonceurs qui participent en temps réel à des mises aux enchères (« real-time bidding ») d’espaces publicitaires. Cette méthode permet aux annonceurs d’accéder à d’énormes inventaires publicitaires, de réaliser des gains d’efficacité et d’améliorer le ciblage. De plus, elle offre aux médias une solution automatisée pour optimiser la monétisation de leurs inventaires croissants.

Bien qu’elle ait été largement pointée du doigt lors des récentes polémiques entourant le placement de publicités aux côtés de contenus offensants et la remise en question de la fiabilité des paramètres de mesure d’audience des plateformes, la programmatique semble malgré tout en voie d’enregistrer une forte croissance dans les années à venir :

  • En 2019, 67,5 % de la publicité en ligne dans le monde sera vendu de manière automatisée, comparativement à 59 % en 2017. Au Canada, 81 % de la publicité en ligne est attribuable à la programmatique en 2017.
  • La valeur de la publicité vendue par le biais de la programmatique à l’échelle de la planète passera de 57,5 milliards de dollars américains en 2017 à 84,9 milliards de dollars américains en 2019.

En quoi est-ce important pour nos industries?

Si la majorité des revenus tirés de la programmatique est aujourd’hui générée dans le marché de la publicité en ligne, ce portrait pourrait changer. Bien que plusieurs défis restent à être relevés – dont l’établissement de normes communes et de standards pour la collecte des données –, la programmatique serait en voie de s’étendre aux médias traditionnels. La migration de l’attention des auditoires (et des dollars publicitaires) de la télévision vers le numérique encouragera les télédiffuseurs à se tourner vers la technologie programmatique afin de conserver leur position dominante dans le marché publicitaire. Encore à ses débuts dans la plupart des marchés, la firme Zenith observe toutefois une traction aux États-Unis et estime que, en 2017, 6 % des dépenses en programmatique aux États-Unis seront générés à la télévision, à la radio, au cinéma et dans l’affichage extérieur. Ce pourcentage atteindra 13,6 % en 2019.

Détails intéressants

Un groupe de travail composé de gros joueurs comme Hulu, Adobe, CBS, FOX et DataXu a développé ABCD (pour « Automated Linear Broadcast Cross Device Standard »), une norme relative aux bonnes pratiques en matière d’achat d’inventaires de télévision linéaire et de systèmes de mesure sur plusieurs appareils. C’est un pas dans la bonne direction pour l’établissement de normes techniques communes dans les secteurs des technologies publicitaires et de l’audiovisuel.

Informez-vous

Des cas à suivre

Le blockchain pour combattre la fraude et assurer la sécurité des marques en programmatique : c’est le pari lancé par les startups Blockchain Programmatic Corporation et MadHive.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here