Vision numérique – Entrevue avec Patrice Slupowski

Dans le cadre de l’évaluation des projets soumis au volet expérimental, le FMC fait appel à des experts internationaux de grand calibre. Dans la série Vision numérique, nous vous présentons des entrevues menées auprès de certains membres de nos jurys passés visant simplement à nous laisser s’inspirer de grands esprits qui façonnent notre industrie. Nous remercions chaleureusement tous les membres de nos jurys ainsi que ceux qui ont gentiment accepté de répondre à nos questions. Il est d’ailleurs possible de consulter la liste de tous les membres du jury depuis la création du volet expérimental.

Dans cette entrevue, M. Patrice Slupowski partage quelques réflexions avec nous. M Slupowski est vice-président Innovation numérique et communautés de NExT.com, l’équipe d’innovation de la Division des Nouvelles Activités de Croissance du Groupe Orange (biographie de Patrice Slupowski).

M. Slupowski, à titre de vice-président, Innovation Numérique et Communautés…

Qu’avez-vous observé de plus étonnant ou de plus stimulant dans votre domaine au cours des trois dernières années ?

Si je considère le domaine du numérique dans son ensemble, je dirais que l’apparition de l’enseignement numérique est un des éléments les plus excitants. Les cours en ligne ouverts et massifs (MOOCs) sont probablement le premier exemple de la manière dont le numérique va faire basculer radicalement notre manière d’enseigner et d’apprendre.

Si je regarde un peu derrière nous, une des tendances les plus remarquables est certainement le nowism (instantanéisme) et la manière dont l’immédiateté du numérique (partage de contenu, nouvelles…) est devenue le facteur le plus important pour les usagers du numérique.

Qu’est-ce qui vous tient éveillé la nuit ?

Les courriels ! (rires) Il est vrai que je consacre encore deux ou trois heures aux courriels durant la soirée, mais ça s’apparente plus a du jogging qu’à une véritable stimulation cérébrale… Après ça, je dors bien, et les idées me viennent en prenant ma douche le matin. C’est le moment où j’ai les inspirations les plus claires au sujet de nos produits ou des interactions avec d’autres entreprises, les équipes, etc. Je devrais y installer une tablette étanche pour prendre des notes.

Comment décririez-vous l’avenir de votre profession en 140 mots ?

Mon travail consiste à transformer des signaux faibles en produits tangibles et innovateurs ; il est donc fondamentalement en mode de révolution perpétuelle. De nouvelles tendances émergent chaque année ou tous les deux ans (par exemple, le nowism), il y a des ruptures majeures tous les cinq ou dix ans (le social, le local, le mobile, les technos portables (wearable devices)…) qui touchent l’ensemble de l’industrie numérique. Je pense que, même pour les grandes entreprises, ce qui va évoluer considérablement est la manière dont nous collaborons avec les autres entreprises. Personne ne peut plus bâtir sa réussite seul, les écosystèmes sont la clé, et, puisque la grande partie des innovations proviennent de startups, il est évident que tout doit être fait pour les aider avec des programmes d’accélération et d’incubation. Les startups ont besoin d’argent, mais ont aussi besoin de prendre les meilleures décisions, d’acquérir une expertise de haut niveau et de créer des affaires.

L’avenir de ma profession se trouve probablement plus dans le repérage, le mentorat, le soutien des startups que dans le marketing des produits.

À quels changements voudriez-vous assister dans votre domaine au cours de la prochaine année ?

J’aimerais assister à la monétisation de la télévision sociale. Je pense que les stratégies de second écran et la télévision sociale ont beaucoup progressé au cours des 18 derniers mois, non seulement en ce qui a trait à l’offre à la clientèle mais aussi quant à l’usage. Les chaînes de télévision ont compris cela et sont presque toutes systématiquement en train d’essayer de créer des mécanismes d’engagement dans leurs émissions. Il est temps pour les acteurs de l’écosystème de transformer les chiffres d’audience en chiffres d’affaires en utilisant le meilleur modèle possible. Il faudra aussi pour cela une bonne collaboration entre ces acteurs, où chacun jouera soigneusement son rôle.

Quelles sont les trois choses qui rendent votre travail (ou votre domaine) captivant ?

L’international : j’ai la chance d’appartenir à un groupe dont les activités s’étendent dans 33 pays, côté marché grand public, et dans presque tous les pays de la Terre du côté du marché entreprises, aussi ma vision se doit-elle d’être internationale. De plus, je suis en relation avec les endroits où l’innovation est vraiment florissante, d’un bout du monde à l’autre (États-Unis, Chine, Israël, Japon, Corée du Sud, Royaume-Uni, Canada, France, et d’autres encore).

Le cerveau humain : mon rôle est aussi de comprendre comment le comportement du cerveau se transforme sous l’effet de la révolution numérique, et c’est pourquoi je consacre une part importante de mon temps à essayer d’analyser le cerveau humain dans sa complexité afin de comprendre de quelle manière les gens perçoivent ces changements.

L’innovation : les sujets auxquels je travaille évoluent en permanence, et je n’ai jamais deux journées de travail semblables pour ce qui est des endroits, des horaires, des gens que je rencontre… Chaque journée est absolument unique.

Pour terminer, de façon plus générale, qu’est-ce qui vous a inspiré récemment ? Quel a été le projet, le livre, l’article, l’exposé ou le point de vue le plus inspirant auquel vous avez été exposé ?

Ce n’est pas toujours dans les nouvelles choses qu’on trouve l’inspiration! J’ai récemment passé beaucoup de temps sur YouTube et Dailymotion, à comparer différentes interprétations de Nessun Dorma, dans l’opéra Turandot de Puccini. Je pensais que celle de Luciano Pavarotti était la meilleure, et, après en avoir regardé une trentaine d’autres, la conclusion était encore plus claire. Ma favorite est celle du concert de gala du Royal Albert Hall en 1982, où le « jeune » Pavarotti (47 ans) est en fusion avec la foule. Il est tellement extraordinaire que c’est lui qui a décidé d’arrêter l’ovation qu’on lui faisait afin de poursuivre avec une autre aria. Excellence, inspiration et chair de poule !

Patrice Slupowski

Patrice Slupowksi est vice-président Innovation numérique et communautés de NExT.com, l’équipe d’innovation de la division des Nouvelles Activités de Croissance  du Groupe Orange. L’équipe est chargée de divers projets novateurs pour les mobiles, les PC ou les tablettes tels que TVcheck, Newsblend ou Bodyguru. L’équipe est également très engagée dans les réseaux sociaux, la recommandation de contenu, la télévision sociale et interactive, l’éducation en ligne ou l’agrégation des données personnelles. Deux de ses projets ont été nommés au Mobile Global Awards par GSMA. Patrice Slupowski est un expert marketing du Web 2.0, des réseaux sociaux, de la télé connectée, des services de données personnels et des services mobiles multimédias. En 1999, il fonde Waptoo, une des premières sociétés à miser sur les données mobiles, à créer des services WAP ou à proposer des logiciels de tests automatisés mobiles destinés aux entreprises ou aux opérateurs de télécommunications. Il vend sa société en 2004 au Groupe Lagardère, qui le nomme directeur du développement. Il a commencé sa carrière dans la billettique et a évolué vers le numérique dès l’apparition des premiers sites Internet. Très engagé dans l’univers du Web dès ses balbutiements, il était déjà connecté en 1990. Patrice Slupowski est diplômé en sciences de l’information et des technologies de l’Université Paris-Dauphine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here